Frédéric Chaume

Gravure
-

Valoriser les chantiers et les transformations urbaines par le dessin et la gravure est l’orientation du projet baptisé Par la ville et les chantiers… Suivre sur la durée la naissance d’un bâtiment au cœur de la ville, se mêler aux constructeurs, raconter leur quotidien ou l’arrivée d’une pièce… tels sont les motifs du travail qui débute sous forme de dessins sur site, avec différentes techniques (pierre noire, encre, aquarelle…) et aboutit en atelier par la composition de gravures sur cuivre.
Ce projet offre l’occasion de restituer la beauté du travail préalable à l’émergence d’une architecture, de questionner son environnement, et de rendre hommage aux ouvriers.
Témoigner par la gravure de l’activité humaine est par conséquent d’ordre social ; une façon de m’impliquer et de trouver ma place dans la ville.

Frédéric Chaume

Dans les années 1980, il débute par le dessin et la peinture académique à l’ École des Beaux-arts de Troyes puis en 1987, il s’installe à Paris où il suit des études d’Architecture intérieur à l’École Camondo (1989 à 1995). A sa sortie, il réalise plusieurs grands décors comme la fresque sur toile pour la Thébhaïde de Racine (Paris 11ème). S’ensuivent de nombreux et longs séjours à Lisbonne, Rome, Amsterdam, à New-York et au Japon etc… voyages qu’il renouvelle depuis.

En 2010, après une formation ayant pour sujet « l’architecture et l’urgence » auprès de la Fondation des architectes de l’urgence, Frédéric Chaume va, dans ses recherches artistiques, se consacrer entièrement à des thèmes liés à la ville et à son évolution. Ainsi, à l’issue d’une année d’apprentissage aux techniques de la gravure en 2014, aux Ateliers de la ville de Paris chez Pierre Lancelin, il réalise ses premières gravures pour le projet « Par la ville, les chantiers » avec comme premier exemple la Philharmonie de Paris.
De 2014 à aujourd’hui, lors de nombreuses expositions, il montre ses œuvres effectuées autour de ce projet qu’il affectionne comme : « la Ville Hors Champ » en 2016, aux côtés d’autres artistes, à la galerie Médicis (Paris 5ème), mais aussi lors d’expositions personnelles avec « Sur les pas des bâtisseurs » en 2017, à la galerie Mhaata (Bruxelles), également présentée en 2018 à la galerie Casque d’Or (Paris 20ème).
En 2018, il devient membre de l’Atelier de gravure Bo Halbirk, et l’exposition « Chantier le Monde Austerlitz », Le Monde Festival est présentée à l’Opéra Bastille (12ème).