Hélène Afri — Prix Évariste Jonchère 2015

Section
Sculpture

Ce qui frappe d’emblée dans la sculpture d’Hélène Arfi ce sont la vie, le mouvement qu’elle communique à ses modèles.

A découvrir son bestiaire on devine sa passion pour la nature, les  animaux, la faune sauvage notamment et avant tout pour son art. Ses créations sont habitées d’un grand naturel, proches de la vérité de chaque animal et si l’on reconnaît fort bien toutes les espèces, cette réalité s’accompagne de l’imagination de l’artiste.

C’est aux Beaux-Arts qu’elle a appris la taille directe dans l’atelier de Jean Cardot puis elle a étudié le corps humain en mouvement et c’est ce mouvement qu’elle communique si bien aux animaux, volontiers ceux découverts lors de ses voyages ou dans les zoos. Les éléphants dansent et  les girafes courent ; deux guépards s’adonnent à une course haletante tandis que des ibis marchent dignement ou qu’une tête de vautour apparaît menaçante. Chacun est représenté en des bronzes à la matière plus ou moins lisse ou plus travaillée avec des reliefs et dans laquelle est parfois visible l’empreinte des doigts du sculpteur.

Cet art fait partie de la tradition au sens large. Il s’agit  de véritables « portraits «  caractéristiques  de chacun des modèles réalisés avec un beau talent. 

Prix Évariste Jonchère

Section
Sculpture

Créé par Lucienne Jonchère Debiol, son épouse, en mémoire de son mari, sculpteur (1892-1956).

Ce prix est destiné "à un sculpteur statuaire figuratif âgé d'au moins 30 ans."