Benjamin Feyfant — Prix Évariste Jonchère 2021

Texte de Nicole Lamothe

Section
Sculpture

Sculpteur autant que fin dessinateur, c’est dans le monde animalier ou la nature que ce créateur puise son inspiration. Si son œuvre obéit à la tradition classique, il apporte à son art sa vision personnelle.

Magnifique, imposante par sa stature, la panthère marchant ou en repos, alors hiératique, dont il évoque les formes dans la simplification de volumes amples et denses, à la surface polie sur lesquels coule la lumière. Les détails superflus sont supprimés. Cette simplicité apparente requiert un vrai talent. On imagine Benjamin Feyfant intéressé par le monde animal qu’il représente dans sa vérité après une observation attentive des modèles avec lesquels il semble en osmose. Son cheval en marche attire par sa force, sa vérité. L’artiste réalise ces animaux grandeur nature ; sous leur pesanteur se révèle le mouvement. Benjamin Feyfant ne sculpte pas le pelage, ne représente pas les griffes ; tout est harmonie dans la forme essentielle. « Ce n’est pas la forme extérieure qui est réelle mais l’essence des choses. Partant de cette vérité, il est impossible à quiconque d’exprimer quelque chose de réel en imitant la surface des choses » Cette réflexion de Brancusi s’applique parfaitement à la création de ce sculpteur qui s’intéresse aussi à l’expression que peut révéler une main demi-ouverte à laquelle il communique vie et expression.

Prix Évariste Jonchère

Section
Sculpture

Créé par Lucienne Jonchère Debiol, son épouse, en mémoire de son mari, sculpteur (1892-1956).

Ce prix est destiné "à un sculpteur statuaire figuratif âgé d'au moins 30 ans."