Valérie Gavaud — Prix Taylor (dessin) 2021

Texte de Nicole Lamothe

Section
Dessin

Que nous disent ces êtres souvent présents dans leur nudité, émanant d’un noir intense. Qui sont-ils ? Ils nous semblent proches cependant. Cette quête de l’humain est celle de l’artiste.

La vie provoque parfois des événements inattendus ; Valérie Gavaud a dû quitter son atelier en 2012. N’ayant plus assez d’espace pour peindre, elle s’est tournée vers le dessin (aujourd’hui elle peint cependant à nouveau), un exercice qui la comble auquel elle confronte ses rêves à son imagination. Elle nourrit aussi son travail de ses lectures, philosophiques ou poétiques, prend des notes et transmet par le dessin sa réflexion. Chaque œuvre obéit à une vraie rigueur. Du noir puissant sourd ici ou là une lumière délicate qui anime les corps, affirme la présence des personnages. L’on remarque une grande économie de moyens et une intéressante justesse d’expression.

De ses multiples rencontres avec écrivains et psychanalystes naît en partie sa création libre, au fusain et pierre noire qu’elle affectionne.  Elle crée un univers particulier, mystérieux en un beau travail du dessin ; sans souci du détail, elle esquisse les personnages. Tout aussi énigmatiques et attirantes les œuvres en couleur où la nature constitue un beau décor ; le noir demeure présent, il crée d’intéressants contrastes.

Prix Taylor (dessin)

Section
Dessin

Créé par décision du Comité, il est destiné à récompenser des œuvres sur papier.
A partir de 2019, ce prix est destiné à un aquarelliste.