Roch Vandromme — Prix Andreï-Graec 2010

Section
Sculpture

C’est un superbe bestiaire que réalise cet artiste ! Robustes, les animaux semblent façonnés avec amour. Le travail de Roch Vandromme est perceptible dans ses œuvres qui reflètent le combat puis l’entente avec le matériau dans lequel demeure l’empreinte des doigts qui l’ont façonné.

Ce sculpteur ménage des reliefs, ils animent la croupe d’un cheval, le corps d’une chèvre dont les côtes sont visibles. Dans d’autres créations, les lignes s‘interrompent parfois en petites fractures rythmiques : ainsi un ours dont la silhouette ramassée traduit sa robustesse. Une réelle force du message narratif habite ces sculptures d’une grande densité, d’une intense vitalité. Roch Vandromme met parfois l’accent sur les modulations imprimées par le mouvement : ainsi lorsqu’il représente une vache que l’on imagine broutant dans un pré.

Naturaliste, cette œuvre est habitée de vie, de vérité dans le souci de la construction et du rythme.

Prix Andreï-Graec

Section
Sculpture

Créé par René Andreï, sculpteur (1906-1987). Ce prix est attribué dans les mêmes condition que le prix Charles Malfray et est donc destiné « à un sculpteur de nationalité française, âgé d’au moins 52 ans, dont l’œuvre se rattache à l’Ecole française traditionnelle.»

Les prix Charles Malfray et Andréï-Graec sont attribués en alternance d'une année sur l'autre avec les prix Taylor de sculpture.