Nansky — Prix René Carré 2021

Texte de Nicole Lamothe

Section
Peinture

Un jeu de couleurs et de formes multiples crée des espaces colorés évocateurs de paysages vus du ciel. Semblables à des puzzles géants, ces compositions abstraites ne se livrent pas d’emblée.

Le goût pour la couleur remonte à l’enfance chez cette artiste, au temps où son père, imprimeur, lui portait crayons de couleurs et peinture lui permettant d’échapper au morne quotidien en inscrivant ses rêves sur le papier ou la toile. Etrange, attirante cette œuvre se compose de mosaïques de couleurs vives, structurées de lignes noires ou blanches plus ou moins légères. Il s’en dégage une grande vitalité. La lumière, parfois centrale, irradie l’ensemble. Nansky travaille sur le sol afin d’avoir une vue globale pour l’évocation de ce paysage mental qui entraîne ailleurs  dans la subtilité des tons. Le mystère s’associe à une intéressante liberté d’interprétation. Dans cette création onirique où vibrent les couleurs, l’artiste livre en partie sa vie intérieure ; ce sont des monochromes de bleu pour une évocation de la nuit, elle l’associe quelquefois au vert, deux couleurs réputées froides entre lesquelles cependant, se crée une entente, chaleureuse. D’autres tableaux parlent de chaos ou d’insouciance, de visages lunaires et autres thèmes. Tout est vibration dans ces créations de cases, de formes diverses entremêlées qui peuvent être labyrinthiques entraînant vers un ailleurs inconnu. Ce travail s’apparente à celui des maîtres verriers et il n’est pas étonnant que le peintre réalise des vitraux.

Prix René Carré

Section
Peinture

Créé par Maryse Carré, en hommage à son mari René Carré, peintre (1925-1993).
Il est destiné « à un peintre figuratif de synthèse, contrarié dans sa vocation et parvenu à son épanouissement d'artiste à force de volonté ».