Jephan de Villiers — Prix Taylor (sculpture) 2021

Texte de Nicole Lamothe

Section
Sculpture

D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ces personnages toujours groupés au visage rond, blanc aux grands yeux étonnés et bouche ouverte, si expressifs. Leur silhouette longiligne habillée de feuilles légères, de brindilles, de plumes apparaît d’une fragilité évidente.

Ces êtres d’ombre et de silence, venus d’un monde inconnu, fragments de mémoire, semblent en quête de réponse à leurs interrogations, à leurs inquiétudes. Ils intriguent et surprennent, on les devine en lien intime avec la nature, ils incitent à un questionnement sur son origine et son futur. Jehan de Villiers est né artiste, sa grand-mère lui fait découvrir la musique classique dans son enfance et il révèle alors sa personnalité lorsque par temps venteux il joue du piano pour un arbre déjà son ami. Essentielles dans sa vie : la nature et en particulier la découverte de la forêt de Soignes près de Bruxelles. Ce voyage en « Arbonie » l’incite à utiliser pour sa création tout ce qui se trouve sur le sol : feuilles, terre, bois avec lesquels il crée personnages et animaux. Tels des sentinelles, ses êtres apparaissent comme des fragments de mémoire révélant sans doute la nostalgie éprouvée par le sculpteur de ces mondes disparus qu’il réinvente en poète ; les personnages semblent parfois pétrifiés, plongés dans un univers auquel ils n’appartiennent pas. L’on détache difficilement son regard de ces figures émouvantes, singulières qui parfois apparaissent dans d’élégants totems.

  Entre beauté et simplicité Jephan de Villiers témoigne de son imagination liée à sa réflexion, à sa méditation. Ses « Nomades du silence » ne nous laissent pas tout à fait en repos.

Prix Taylor (sculpture)

Section
Sculpture

Créés par décision du Comité. Ces deux prix Taylor de sculpture sont attribués sans condition, alternativement d'une année sur l'autre avec les prix Charles Malfray et Andréï-Graec.