Roch Vandromme — Prix Charles Malfray 2018

Section
Sculpture

La vérité des attitudes et des corps s’avère remarquable chez ce sculpteur animalier qui semble en parfaite entente avec les animaux, qu’ils soient de la ferme ou sauvages.

Formé à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris dans la section architecture, il a finalement opté pour la sculpture et la gravure. On décèle dans cette œuvre une authenticité tout autant qu’une admiration pour le monde animal, qu’il nous soit familier ou non. Depuis la nuit des temps, il accompagne l’homme ; les premières peintures murales représentent des animaux. Ce thème sera repris au cours des siècles. Aujourd’hui, Roch Vandromme témoigne de cet attachement dans ses œuvres. Réalistes et traités avec sensibilité, âne, chèvre ou vache s’offrent au regard dans la justesse de leur attitude. Dans ces bronzes aux volumes construits, expressifs, le travail du modelé est perceptible. Et dans ce rendu naturaliste, on est frappé par la vérité de l’instant : un biquet tète sa mère, une vache évolue dans son pré ; animaux placides qui peuplent l’espace de leur présence silencieuse. L’artiste part toujours, semble-t-il, de l’émotion, d’une certaine admiration pour ce monde proche de nous et qui cependant nous échappe. Il témoigne de la même tendresse, la même vérité, la même sincérité dans la représentation des animaux exotiques si naturels.

Roch Vandromme possède cette qualité de transmettre son émotion, ses sentiments devant les animaux, qu’ils partagent, ou non, notre quotidien.
 

Prix Charles Malfray

Section
Sculpture

Créé par René Andreï en mémoire de Charles Malfray, sculpteur (1887-1940). Ce prix est décerné « à un sculpteur de nationalité française, âgé d’au moins 52 ans, dont l’œuvre se rattache à l’Ecole française traditionnelle.»

Les prix Charles Malfray et Andréï-Graec sont attribués en alternance d'une année sur l'autre avec les prix Taylor de sculpture.