Frederico Alagna Fradelrico

Sculpture
-

Traditionnellement le sculpteur figuratif se concentre sur l’enveloppe charnelle, mais je voulais sortir de cette vision du corps et représenter divers éléments qui nous composent en tant qu’êtres humains : la peau, les os, mais aussi l’eau, les neurones, l’électricité…
Tous ces éléments hétéroclites qui nous constituent physiquement.
J’ai donc élaboré dans le secret de mon atelier une méthode que je suis seul à connaître et qui me permet de mêler plusieurs matériaux en une seule fonte (fil de fer, métal, béton, céramique et bronze).
J’ôte toute identité à mes figures pour qu’elles deviennent des archétypes, des représentantes de l’humanité dans ce qu’elle a d’essentiel et de commun à tous.

Fradelrico

Dès l’enfance, le monde de l’art le passionne, et en particulier celui des tags et des graffs qu’il pratique ; ensuite les cours d’histoire de l’art au lycée puis auprès de Pascal Bonafoux à l’Université de Paris 8, l’amènent à découvrir les maîtres anciens et d’autres formes d’expression et il fréquente un an l’atelier du sculpteur Rachid Khimoune. A partir de 1997 jusqu’en 2007, avec ses frères David et Roberto, il poursuit une carrière de musicien mais aussi de décorateur et de metteur en scène. En parallèle et en autodidacte, il continue seul la sculpture et commence à exposer ses œuvres en bronze. De 2003 à 2005, l’exposition « Autour des premiers bronzes – David et Frederico Alagna » est présentée à la RP-Galerie à Montpellier ainsi qu’en Italie, dans le Théâtre de Turin. En 2007, il conçoit un Masque monumental en résine, commandé par la Foire de Paris.
C’est à partir de 2007, qu’à sa signature il ajoute le pseudo « Fradelrico » réservé à son œuvre en tant que plasticien.

Depuis, il participe à de nombreuses expositions et performances comme en 2012 avec « Fradelrico & Daniel Hachard » mêlant peinture et poésie en live à la Halle Saint-Pierre - Musée d’art brut (Paris) et en 2013 « Fra chez Rosini », qui cette fois associe peinture et musique avec les jazzmen Laurent David (basse) et Jean-Christophe Calvet (batterie), réalisée à la Fonderie Rosini (Bobigny) ou encore en 2014 « Fra & Jo vandalisent le salon », une exposition et performance avec Street art à quatre mains à la Galerie Trianon, Le Raincy. La même année, en 2014, « Fradelrico – Hommage à Matisse », est une exposition en jumelage avec les affiches du Musée Matisse, présentée dans la Salle Porte à Sainte-Maxime. En 2015-2016, il est lauréat du Prix Évariste Jonchère (Fondation Taylor) et réalise l’ensemble de sculptures Beated Clays sous le regard du céramiste Claude Champy, dans son atelier (Plaisir).
2017-2018 est une période marquée par la commande d’une sculpture monumentale par la ville de Clichy-sous-Bois, installée face à le bibliothèque - et « TRILOGIE Fradelrico Alagna » à Notre-Dame du Raincy (93) organisée sous forme de trois événements temporaires au profit de la restauration des vitraux et du clocher de cette église classée Monument historique (première église en béton armé de l’histoire, par Auguste Perret, avec les vitraux de Maurice Denis et le tympan en bronze d’Antoine Bourdelle).