Expositions

Au cœur du quartier de la Nouvelle Athènes, la Fondation Taylor dispose de 250m2 de surfaces d’exposition répartis sur la galerie et l’atelier. Les expositions alternent présentations d’artistes contemporains, expositions historiques ou thématiques.

Un appel à concours annuel pour candidater à une exposition est ouvert aux artistes adhérents de la Fondation Taylor. L’accès à l’ensemble des manifestations est libre. L’intégralité du montant des ventes est destiné aux exposants. Les expositions sont ainsi une forme à part entière de soutien à la création.

Mars 2017

Sylvie Demay - Peinture

« Peindre, c’est entrer dans l’ordre du paradoxe et le dépasser parfois. C’est être au plus près de soi, vivre, capter, échanger, partager. Puis dans la solitude de l’atelier, dans cet isolement-là, c’est essayer de faire vibrer ce que la vie m’a donnée, tamisée par mon regard et mes émotions. »

Adela Burdujanu - Peinture

« Dans mes toiles que je qualifie : “Vibrations variées”, c’est un moment que j’“emprunte” au temps, c’est une fixation du monde réel ; je jette sur la toile ce que j’ai dans l’esprit, je marque mon “empreinte ” sur la toile. En transcrivant ainsi mes souvenirs, je crée des doutes sur ce qui existe effectivement, ce qui est réel, par opposition à ce que qui est imaginé, rêvé, fictif… » Adela Burdujanu

Marc Bourlier - Sculpture

« … Sont-ils des portraits d’ailleurs ou des autoportraits d’ici ? C’est dire combien ces bois flottés, venus d’on ne sait où après des péripéties improbables, se révèlent énigmatiques et bienheureux d’avoir rencontré Marc Bourlier, leur intercesseur qui noue des dialogues amusés et émus au fil de ses sculptures, dans le secret de son atelier »

Février 2017

Patrick Villas - Sculpture

La recherche esthétique qu’il mène sur ces animaux commence par l’étude de l’anatomie avec, comme base, l’ossature à l’origine de la posture. Il reconstruit le corps par ajout de matière, le développe jusqu’à son enveloppe extérieure. On sent bien chez cet artiste, un désir profond de comprendre la genèse du corps de l’animal pour expérimenter sa force, la puissance de son aura au travers de ses postures…

Anne-Christine Roda - Peinture

Ce qu’elle aime avant tout ce sont les visages, à travers lesquels elle semble s’appliquer à décoder les parcours de vie…

Rémi Planche - Peinture

« La puissance et la force du corps humain – les mains, fenêtre ouverte sur l’âme humaine – les portraits, où les vicissitudes de la vie sont gravées dans chaque pli du visage, dans chaque regard, chaque expression - sont pour moi autant de sujets perpétuels d’inspiration… » Rémi Planche

Janvier 2017

Monique Baroni - Peinture

« J’ai une curiosité intense du monde, de la nature et des êtres qui, dans toutes leurs différences, leurs us et coutumes se rejoignent sur l’essentiel. » M. Baroni

Lauréate en 2015 du Grand Prix Léon Georges Baudry, elle crée à cette occasion un prix « pour un jeune artiste membre de Taylor au talent prometteur. » qui récompensa le travail de Dogni Hou.

Décembre 2016

La Taille et le Crayon - Gravure / Dessin

Dessins de graveurs
Invité d'honneur Dominique Aliadière
Sylvie Abelanet - Sergio Aquindo - Alain Cazalis - Vera Di Bianca - Léon Gaurreaud De Mainvilliers

Jean Lodge - Gravure

« Chaque planche possède son caractère propre. Je la respecte et travaille avec elle, j’utilise beaucoup de sortes de bois, le mûrier, le poirier, l’érable, le tilleul, le noyer et le pin… Nombreuses de mes estampes sont réalisées avec plusieurs blocs, il peut y avoir 2 à 3 essences d’arbres différentes. La plupart du temps, l’une de ces planches occupe un place centrale, les autres étant choisies pour leur texture ou la valeur contrapuntique de leur texture. »

Carlos Laos Brache - Dessin

« Dans son monumental univers tourbillonnaire… Avec une rare aisance il invite tout un chacun à pénétrer plus avant dans cet espace lunaire ou marin, dans cette ambiance visionnaire tellement ambiguë et sans limites où il a su préserver sa part d’humanité à cette délirante fantasmagorie… »

Philippe Béranger - Peinture

« Pour les “Pays-sage” sur plexi, si leur thématique ne diffère pas, leur réalisation est beaucoup plus complexe. Très porté sur “l’anatomie plastique” dans mon travail, collage et fusion d’éléments divers (calque, scotch, papiers) sur le support de base, la plaque de plexiglas s’est trouvée au par contrainte le meilleur soutien pour ces fragiles éléments. Du même coup, cette seconde peau, travaillée recto comme verso, m’a permis d’élargir très largement mon champs d’investigation, et d’optimiser au maximum les effets de transparence et de profondeur que je recherchais. »

Novembre 2016

Michel Lauricella - Sculpture

« La taille directe, le modelage et le dessin sont mes modes d’expression... Le corps, animal et humain, en mouvement ou hiératique, souvent fragmenté, constitue la matière première de ma recherche. A travers lui je tente d’approcher la force brute, primaire et l’inquiétude, la fragilité de ce qui vit. »

François Cabrit - Peinture

« Peignant à la détrempe, qui est naturellement matte, il refuse les glacis ou les empâtements à l’huile pour privilégier des effets de surface… Chaque composition est ainsi comme un assemblage de textures, de zones ombreuses ou bien ensoleillées, de parties parfaitement nettes et d’autres vaporeuses. »

André Bongibault - Gravure

« Le graveur associe l’aquatinte et le burin. Elles sont imprimées en noir, mais discrètement colorées à l’aquatinte. L’aquatinte donne des valeurs finement dégradées sur des champs étendus, le burin trace des lignes nettes du dessin... Ces images énormes naissent d’une émotion, se développent par le travail de l’imagination et méritent ainsi d’être appelées fantastiques… »

Octobre 2016

Patrick Vaillant - Sculpture

La sculpture qui constitue aujourd’hui l’essentiel de son travail. Son objectif est de transmettre de l’émotion par la matière et les volumes, émotions qui jouent un rôle essentiel dans l’interprétation d’une sculpture.  Ce passionné de matière aime mélanger les textures, les matériaux et donner ainsi libre cours à sa sensibilité. Les corps humains qu’il travaille sont réalisés à partir d’un fil de fer qu’il croise et recroise. On découvre ainsi des sculptures comportant souvent une base lourde et obscure, puis, plus notre regard prend de la hauteur, plus la légèreté s’impose.